Ariel Garand

Une étudiante engagée à faire la paix avec son passé pour réaliser son rêve

À 13 ans, vivant des difficultés familiales, Ariel Garand prend la voie de la délinquance, de la consommation et du centre jeunesse, abandonnant l’école.

À 16 ans, l’espoir renaît, sa grande sœur la prenant sous son aile. Elle veut alors aussi aider les autres et devenir psychologue. Après une technique d’intervention en délinquance, elle poursuit au baccalauréat en psychologie. Forte de son rêve, Ariel combat son anxiété de performance et obtient d’excellentes notes qui l’amènent jusqu’au doctorat. Du coup, elle mène un projet de recherche sur les dynamiques d’entrevues d’enquêtes réalisées auprès d’adolescents victimes d’agression sexuelle; la Société québécoise pour la recherche en psychologie l’invite à présenter ses résultats. Depuis, la doctorante est assistante de recherche au CRIPCAS.

Nul doute que la détresse qu’elle a vécue la rend empathique à la souffrance d’autrui et qu’elle prend les bons moyens pour dénoncer la discrimination et l’injustice.