• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Prothèse en bambou pour les pays en développement

Santé



Prothèse en bambou pour les pays en développement

Des étudiants engagés à utiliser une ressource peu coûteuse pour démocratiser l’accès à des prothèses tibiales  

Trop souvent encore, dans les pays en développement, des personnes doivent subir l’amputation d’un membre inférieur en raison d’un diabète mal contrôlé, d’un traumatisme, ou pire, d’une mine antipersonnel. La situation socioéconomique de la victime rend alors difficile, voire impossible, l’achat d’une prothèse adéquate. Cette injustice a conduit quatre étudiants en génie de l’École de technologie supérieure (ÉTS) à concevoir une prothèse utilisant une ressource peu coûteuse et souvent disponible dans ces pays : le bambou. Ils rêvent ainsi de rendre la prothèse accessible à tous.

« Lorsqu’une personne subit une amputation dans un pays où un climat de pauvreté est omniprésent, cela met à rude épreuve la qualité de vie de toute une famille, puisque ça signifie la perte d’un revenu. À cela s’ajoute la discrimination. En Haïti, par exemple, les amputés se font appeler kokobe, ce qui signifie "bons à rien". Notre projet vise à aider ces victimes à s’en sortir », explique Xavier Tremblay-Rosa, porte-parole de l’équipe étudiante.

Amorcé à l’été 2012 par Xavier et ses collègues Jessica Briand-Bisson, Élisabeth Laroche et Nicolas Mailhot, le projet en est encore à la phase de développement du prototype. Depuis le début de leurs travaux, les quatre étudiants ont pu découvrir les fascinantes propriétés du bambou et ses multiples perspectives d’application dans une prothèse. Entre autres, ce matériau est 26 fois plus léger que l’acier, tout en étant 6 fois plus résistant. Pour l’instant, ils se concentrent sur la conception d’une prothèse tibiale dont la tige principale, d’ordinaire en acier, serait en bambou.

Dans les pays en développement, ce type de prothèse est la plupart du temps improvisé à partir de fourches de vélo ou de planches de bois qui finissent par blesser le moignon de la personne amputée. Le bambou étant une ressource se renouvelant très rapidement et disponible en grande quantité, une avancée technologique à partir de ce matériau garantirait un accès plus facile et moins coûteux à des prothèses mieux adaptées.

De plus, les quatre promoteurs ont bien l’intention d’effectuer un transfert de connaissances techniques qui garantirait une autonomie complète de certains pays dans la production de cet instrument. Pour y parvenir, ils ont déjà tissé des liens avec certains organismes au Népal et en Haïti qui interviennent en développement durable. Ainsi, une fois le prototype entièrement fonctionnel, il pourra même devenir un levier de développement économique pour certaines communautés.

Membre du conseil d’administration de l’organisme humanitaire Handicap International, avec lequel les étudiants entretiennent aussi des relations, et professeur titulaire à l’ÉTS, Natalia Nuño a été témoin de l’enthousiasme et de la persévérance des instigateurs de ce projet. « C’est inspirant de voir ces étudiants mettre leurs connaissances au service d’une noble cause. Ce projet sur l’utilisation de matériaux accessibles localement, comme le bambou, est un excellent exemple d’implication dans la santé et le développement durable », indique-t-elle.

Le bambou étant déjà utilisé dans la construction d’échafauds, de bâtiments et de ponts, les étudiants sont convaincus, en raison de ses propriétés mécaniques, qu’ils lui trouveront aussi une utilisation pour lutter contre les injustices sociales!

« En Haïti, par exemple, les amputés se font appeler kokobe, ce qui signifie "bons à rien". Notre projet vise à aider ces victimes à s’en sortir. »



Prothèse en bambou pour les pays en développement




Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Prothèse en bambou pour les pays en développement /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc