• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Salsa de slams

AVENIR Arts, lettres et culture



Salsa de slams
Université de Sherbrooke

Parfois, dans la lutte contre des phénomènes tels que le décrochage scolaire, il faut savoir être alerte et créatif pour proposer des projets constructifs. C’est exactement ce qu’ont su faire Mylène Archambault et Éliane Landriault, deux étudiantes en enseignement au préscolaire et au primaire à l’Université de Sherbrooke, en élaborant le projet Salsa de slams. Novateur et original, ce projet a permis à 140 élèves, répartis dans six écoles primaires de la région de Sherbrooke, de participer à une activité de création collective et ainsi d’impressionner leur entourage par leur éloquence et leurs mots.

Le projet Salsa de slams a connu son apogée le 22 mars 2012, alors qu’une cinquantaine d’élèves, de la 3e à la 6e année, dignes représentants d’une collectivité encore plus importante, ont foulé les planches de la petite scène d’une école primaire afin de livrer le fruit de leur création. Tenue sous le thème « Et si les mots nous étaient rythmés pour un monde meilleur?», cette soirée se voulait le théâtre d’un échange d’idées et de rêves, d’un partage de visions, de passions et de propositions.

« Lors de cette soirée, les élèves ont vécu une expérience valorisante, parce qu’ils ont osé prendre la parole avec un texte personnel de leur cru et s’affirmer devant un public inconnu et nombreux. Plusieurs élèves nous ont affirmé avoir vu leur confiance en eux grandir après avoir fait ce passage sur scène », explique l’une des instigatrices du projet, Mylène Archambault.

Pour se préparer à cette fameuse soirée, les élèves des différentes écoles participantes ont pu suivre des ateliers d’écriture avec des professionnels qui se sont bénévolement prêtés au jeu. Pas nécessairement facile d’écrire un slam! Il faut maîtriser une certaine forme d’écriture et se doter de stratégies nouvelles. « Les élèves ont pu ainsi expérimenter le travail en coopération, en utilisant rimes et figures de style afin d’écrire un slam authentique », précise la porte-parole du projet.

Pour plusieurs intervenants locaux du milieu de l’éducation, il ne fait aucun doute que les nombreuses heures de travail investies dans ce projet, tout d’abord par les deux étudiantes universitaires, ensuite par les élèves du primaire, ont eu un effet bénéfique.

« En permettant à ces jeunes d’exprimer ce qu’ils sont, de nommer leurs rêves, de les dire haut et fort, tout en leur faisant vivre une expérience forte de création, on les amène à renforcer leur motivation scolaire et leur estime de soi », fait valoir Julie Desjardins, vice-doyenne à la formation à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

« Beaucoup de parents sont venus nous voir pour nous dire à quel point ils étaient fiers et stupéfaits de l’aisance avec laquelle leur enfant s’exprimait sur scène », ajoute Mylène Archambault.

À la suite de cette soirée haute en couleur, un recueil de toutes les poésies urbaines a été publié et remis à chaque élève ayant pris part, d’une manière ou d’une autre, à ce projet. Considérant son succès, des démarches sont déjà en cours afin de tenir Salsa de slams pour une deuxième année.

« Ce projet a largement dépassé les objectifs de départ. Il allait donc de soi pour nous qu’il fallait le répéter », conclut Mylène.



Salsa de slams



De gauche à droite : Mylène Archambault, Éliane Landriault et Francis Poulin


RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


Voir la galerie vidéos

Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Salsa de slams /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc