• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Collectif lèche-babines: Cuisines collectives

Entraide, paix et justice



Collectif lèche-babines: Cuisines collectives
Université du Québec à Rimouski

Malgré la croyance populaire qui veut que les étudiants universitaires fassent partie des privilégiés de notre société, plusieurs d’entre eux font tout de même face à précarité alimentaire, en raison à la fois du manque de ressources financières, de l’isolement et de leurs horaires éclatés. Avec tous ces éléments réunis, la recette était parfaite pour créer une organisation coordonnant des cuisines collectives destinées aux étudiants de l’Université du Québec à Rimouski : le collectif lèche-babines.

« Bon nombre d’étudiants vivent seuls ou avec des inconnus, souvent loin de leur milieu d’origine et de leurs repères culinaires, ce qui exacerbe leur isolement », explique d’entrée de jeu le porte-parole du projet, Clément Mandin. C’est pour contrer ce phénomène inquiétant que Lèche-Babines a vu le jour, mais aussi en raison de la sensibilité des membres fondateurs au gaspillage gênant de denrées alimentaires. De ces deux constats a germé l’idée de créer un réseau d’entraide et de solidarité collective qui leur permettrait de préparer des repas dans une ambiance festive, mais aussi de sensibiliser la population aux bienfaits d’une alimentation en accord avec les principes du développement durable. « Cette initiative novatrice est d’autant plus intéressante qu’elle provient d’une région éloignée des grands centres urbains », souligne fièrement le porte-parole.

Une aide financière du Pacte des générations et du ministère du Développement durable et des Parcs a permis au collectif lèche-babines d’acheter le matériel nécessaire au démarrage et de louer un local. Puis, Moisson Rimouski-Neigette a décidé de fournir gratuitement la quasi-totalité de la nourriture, et ce, trois fois par semaine. Il faut noter que la nourriture fournie n’est pas celle qui sert aux dépannages alimentaires, mais plutôt celle qui est destinée aux ordures, faute de preneurs.

Par ailleurs, de façon à favoriser la participation des participants, la structure organisationnelle se fait de façon ouverte. « Concrètement, l’opinion d’un nouveau membre n’ayant bénéficié que d’un seul repas a autant de poids décisionnel que celle du coordonnateur du projet », affirme Clément Mandin. La prise de décision se fait donc de manière consensuelle et l’attribution des tâches de manière strictement volontaire.

Le projet a suscité la curiosité de la communauté rimouskoise, d’abord par son côté novateur, jumelant récupération alimentaire et cuisine collective, mais également par ses activités de sensibilisation. Ainsi, Lèche-Babines tient des kiosques d’information pour éduquer la population aux moyens simples et efficaces d’adopter de saines habitudes alimentaires, à un moindre coût et en accord avec les principes du développement durable. Cette visibilité a valu aux membres d’être invités à siéger au Comité de travail sur les saines habitudes de vie ainsi qu’à la Table de travail en sécurité alimentaire.

Bien que le collectif lèche-babines soit tout jeune, de nouvelles idées ont déjà surgi dans la tête de l’équipe. Actuellement, les cuisines de l’organisme se trouvent à la Maison des familles de Rimouski-Neigette. Il souhaiterait, l’an prochain, rapprocher le lieu de cuisine de l’Université. Par ailleurs, il aimerait conclure d’autres partenariats avec des producteurs maraîchers locaux pour récupérer les légumes déclassés.



Collectif lèche-babines: Cuisines collectives




RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Collectif lèche-babines: Cuisines collectives /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc