• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Tais-toi, je gère

Arts, lettres et culture



Tais-toi, je gère
Polytechnique Montréal

Vingt-sept mois de travail et d’aventures, soit l’investissement de plus de deux années de vie étudiante! Voilà ce qu’il aura fallu pour mener à terme une idée un peu farfelue lancée par Wyatt Tessari, étudiant en génie mécanique à l’École Polytechnique de Montréal. Le résultat est saisissant : Tais-toi, je gère est le premier long métrage réalisé par des étudiants en génie.

Le film raconte l’histoire d’un Français en échange à l’École Polytechnique et s’inspire d’expériences vécues par les étudiants de l’établissement d’enseignement. Comme les années d’échanges étudiants sont généralement présentées de façon favorable au cinéma, l’objectif était de montrer l’envers de la médaille, soit l’intégration parfois difficile des étudiants internationaux. Le sujet suscite de l’intérêt, car à la sortie du film, des universités québécoises ont manifesté le désir d’organiser des projections pour leurs étudiants en échange.

Dès le départ, Wyatt était convaincu qu’il pouvait mener à bien son projet, tellement qu’il a interrompu ses études à l’École Polytechnique pendant un an pour aller suivre une formation en film making à la New York Film Academy. Pendant cette année à New York, son projet n’a cependant pas été mis sur la glace. À distance, il a collaboré à l’écriture du scénario avec des étudiants demeurés à Montréal.

À la rentrée 2008, de retour dans la métropole, Wyatt entreprend le recrutement des comédiens et de l’équipe technique. Le tournage s’étale ensuite sur toute l’année scolaire. Finalement, à l’automne 2009, l’équipe réussit à compléter le montage et le long métrage est présenté en grande première le 6 novembre.

En tout, plus d’une centaine d’étudiants auront participé au moins une fois au film, qui a nécessité 45 jours de tournage aux quatre coins de Montréal, et même à Ottawa et à New York. Ce film est sans contredit le plus grand projet artistique réalisé à l’École Polytechnique, tant sur le plan du budget que sur ceux de la durée et de la quantité de travail. Tous les aspects de la production ont été accomplis par des étudiants qui poursuivaient en même temps des études en génie très exigeantes. La réalisation de ce projet d’envergure témoigne donc d’une implication étudiante hors pair et d’un surpassement des plus exemplaires.

« Il est tout à fait remarquable que des étudiants de Polytechnique, sans aucun bagage cinématographique au départ, aient brillamment réussi l’exploit de concevoir un film de A à Z, avec un budget de 25 000 $ », s’enthousiasme Christophe Guy, directeur général de l’École Polytechnique de Montréal.

Le film a été financé en majeure partie par des ressources internes à l’École Polytechnique et 20 000 $ des 25 000 $ amassés ont servi à l’achat du matériel cinématographique. Il ne restait donc que peu de ressources pour financer le projet et les étudiants ont dû être des plus innovateurs pour mener à bien leur aventure.

M. Guy renchérit : « Il s’agit d’une très belle source d’inspiration pour la communauté étudiante. » Et le projet aura certainement des retombées concrètes, puisque la réalisation du film a permis la création d’un nouveau comité étudiant dédié à la création de courts et de longs métrages. Nommé Polywood, ce comité pourra bénéficier du matériel acheté pour la conception de Tais-toi, je gère. De plus, par l’intermédiaire du comité, les étudiants ayant participé au film auront l’occasion de partager leurs nouvelles connaissances cinématographiques. Qui sait, un deuxième film pourrait bientôt être réalisé à l’École Polytechnique!



Tais-toi, je gère




RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Tais-toi, je gère /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc