• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Lauréat
GALA FORCES AVENIR
2004


AVENIR 2004
Sciences et applications technologiques






Club de la Prochaine Génération de Technologies (CPGT)

Sciences et applications technologiques



Club de la Prochaine Génération de Technologies (CPGT)
« Le CPGT représente un nouveau tremplin pour les chefs de file de demain dans le domaine de l’observation de la Terre et de la géomatique. »

Géopositionnement, systèmes d’information géographiques, observation par satellite… Les nouvelles technologies liées à la géomatique et à l’observation de la Terre se développent, convergent et fusionnent à une vitesse fulgurante. Appliquées dans des domaines aussi variés que la météorologie, la gestion des catastrophes et le géomarketing, elles modifient à jamais notre manière de voir le monde.
Malheureusement pour les étudiants, la surinformation rend souvent difficile l’accès aux innovations qui voient le jour dans ces domaines de pointe. Pourtant, comme le précise Guy Aubé, étudiant au baccalauréat en géographie à l’Université de Sherbrooke, « les projets en géomatique et en observation de la Terre possèdent souvent un caractère multidisciplinaire ». Le transfert de connaissances entre les gouvernements, l’industrie, les scientifiques et la communauté étudiante est donc primordial pour assurer l’innovation ».
C’est ce qui a amené Guy Aubé à fonder en septembre 2002, assisté de ses collègues Julie Gaudreau (Université de Sherbrooke), Nicolas Gignac (Institut national de recherche scientifique—Eau, Terre et Environnement) et Rima Mohammed (Université Concordia), le Club de la prochaine génération de technologies (CPGT). Ce projet, décrit comme un regroupement d’étudiants voué à l’acquisition, à l’échange et à la diffusion de l’information sur les nouvelles technologies et applications liées aux domaines de la géomatique et de l’observation de la Terre, a rapidement fait beaucoup de chemin.
D'abord, les fondateurs du club se sont organisés autour d’une structure organisationnelle de type « entreprise » qui, à l’image de l’industrie géospatiale, se veut multidisciplinaire et ouverte sur le monde. De plus, le CPGT a développé des ports d’attache dans huit universités et un cégep du Québec, du Canada et de l’étranger (Sherbrooke, McGill, Laval, Concordia, INRS-ETE, Toronto, Phnom Penh, Hanoi et le Cégep de Limoilou).
Pour réaliser leurs nombreux projets, les responsables ont aussi fait preuve de beaucoup de détermination et d’ingéniosité dans leur recherche d’appuis. Ils ont appelé, un à un, les principaux organismes de développement et de commercialisation des technologies géospatiales, et ce, tant sur les scènes provinciale et nationale que sur la scène internationale. Ils ont ainsi recueilli l’appui d’organismes de haut niveau tels que l’Association québécoise de télédétection, le Centre de recherche du Canada en observation de la Terre, l’Institut national de recherche scientifique, l’Agence spatiale canadienne, le CRSNG et l’Université de Sherbrooke.

Un rayonnement à l’échelle planétaire
Depuis sa fondation, le club a déjà plusieurs réalisations à son actif, dont la mise en ligne d’un site Internet innovateur (www.ngtc-cpgt.net). Ce site en constante évolution permet aux étudiants membres d’échanger, dans le cadre de forums de discussion, sur des sujets d’avant-garde tels que, par exemple, la sécurité nationale ou la gestion des catastrophes naturelles. Ce site représente une innovation importante puisqu’il n’existait jusque-là aucun autre regroupement permettant aux étudiants de se familiariser avec les applications concrètes issues des dernières technologies.
Les travaux et les sujets abordés par les étudiants au sein du club ont aussi été publiés et diffusés dans plusieurs médias ciblés et ont fait l’objet de nombreuses allocutions un peu partout dans le monde. De plus, les membres du club participent régulièrement à des symposiums, à des tables rondes et à des conférences rassemblant divers intervenants du domaine des sciences géospatiales.
Selon plusieurs observateurs, le CPGT peut se vanter d’avoir engendré des retombées concrètes pour la communauté et l’industrie géospatiale québécoise et canadienne. Selon Yves Gauthier, président de l’Association québécoise de télédétection, le projet répond non seulement aux besoins des étudiants, mais aussi à ceux de l’industrie. « Ce forum d’idées fournit aux étudiants une information qui sort du cadre plus théorique des universités et les prépare mieux à faire leur entrée sur le marché du travail. »
Pour sa part, Jean-Marc Chouinard, chef du bureau de la commercialisation à l’Agence spatiale canadienne, affirme que « l’existence du CPGT constitue un bel exemple d’initiative et d’engagement étudiant à la fois rafraîchissants et rassurants dans la perspective d’une relève scientifique à l’affût de nouveautés. »
Bref, il semble que tous soient unanimes à dire que le Club de la prochaine génération de technologie est en voie de gagner son pari : permettre à la communauté étudiante de prendre une part active à l’innovation du monde de demain!


Club de la Prochaine Génération de Technologies (CPGT)



Liste des membres du projet :

Antoine Leboeuf, Barbaras Botros, Benoît Ricard, Charles Vincent Lussier, François Vachon, Guy Aubé, Jon Paquin, Julie Gaudreau, Marie-Josée Racine, Mark Lagu, Mathieu Fortier, Mehmet Yayla, Neeraj Ghai, Nicolas Gignac, Pham Than Hien, Rima Mohammed et Simon Duchaine.
RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


Voir la galerie vidéos

PHOTOS


Voir la galerie de photos


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Club de la Prochaine Génération de Technologies (CPGT) /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc