• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Lauréat
GALA FORCES AVENIR
2000


AVENIR 2000
Personnalité 1er Cycle






Christine Renaud

Personnalité 1er Cycle



Christine Renaud
« J’espère contribuer à ce que les futurs enseignants deviennent des agents multiplicateurs des valeurs de solidarité, d’entraide et de justice sociale au sein de la population québécoise. »

La grande aventure de Christine Renaud débute en 1991, alors qu’elle n’est âgée que d’une dizaine d’années! La récipiendaire du prix Avenir – Personnalité du premier cycle fonde alors à Sainte-Martine, son village natal, la Maison des jeunes qui encore aujourd’hui accueille les enfants et adolescents de la localité. Des idées plein la tête, cette jeune bachelière de l’Université de Montréal en enseignement de la morale et de l’histoire au secondaire ne s’arrêtera pas là .
En 2001, après avoir participé, au pays de Galles, à un Chantier jeunesse visant à transformer un dépotoir en halte routière, Christine s’engage à fond dans la supervision et la formation d’un groupe d’étudiants qui participent à un stage de Québec sans frontières et du Club 2/3 en El Salvador. Pendant un an, elle veille à la bonne préparation de ces jeunes et les accompagne sur place à l’été 2002.
Christine ne ralentit pas ses activités en 2002, bien au contraire. « Voyant qu’elle était une leader positive, nous lui avons proposé de travailler à titre de chargée de projet pour l’organisation de la Semaine interculturelle », révèle Alain Vienneau, directeur intérimaire du Service d’action humanitaire et communautaire à l’Université de Montréal. « Elle a vite su nous démontrer ses talents en donnant à cette activité un nouvel essor. Cette expérience positive nous a incités à lui confier l’organisation de la Semaine de la solidarité durant sa deuxième année avec nous et, l’année suivante, nous lui avons offert un poste de coordination de secteur », poursuit-il.
« On la voyait vraiment engagée dans la vie étudiante à la Faculté », raconte pour sa part Jean-Pierre Charland, directeur du Centre de formation initiale des maîtres et vice-doyen aux études de premier cycle de la Faculté des sciences de l’éducation. « Entre autres, elle a été membre de l’exécutif de l’Association des étudiants et étudiantes, elle a participé au colloque annuel des étudiants du Québec se destinant à l’enseignement au secondaire et elle a organisé un Symposium sur la réforme qui touche actuellement le réseau scolaire québécois. À l’extérieur de l’institution, en plus de donner de son temps à Amnistie internationale, elle a aussi présenté à des élèves une exposition afin de les sensibiliser à la réalité du Tiers-Monde. En outre, elle a su mobiliser l’Association étudiante pour organiser une collecte de livres d’occasion à l’intention des enfants du quartier Côte-des-Neiges », rappelle-t-il.

Vocation enseignante
Et le périple se poursuit pour cette jeune femme, gagnante du prix du Lieutenant-gouverneur de l’Université de Montréal, récipiendaire des bourses Force UDM et de la Fondation Hubert-Biermans. Sa dernière année de bac lui donne un second souffle : un stage à l’école secondaire Lucien-Pagé lui permet de réfléchir sur les fondements du système scolaire actuel.
« Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous aviez retenu de toutes ces années passées sur les bancs d’école? demande-t-elle. Non seulement j’ai l’impression qu’on ne m’y a pas écoutée, mais personne ne m’a parlé de citoyenneté responsable, de solidarité locale ou internationale, de dévouement et d’ouverture aux autres. J’ai développé ces connaissances et ces valeurs à l’extérieur du cadre scolaire. Oui, la réforme de l’éducation s’en vient, mais comment pouvons-nous prétendre présenter ces réalités aux élèves si la plupart des enseignants eux-mêmes ne sont pas en mesure de définir la notion de développement durable? », s’interroge celle qui a obtenu une bourse de recherche au premier cycle du Fonds d’action québécois pour le développement durable.
Le projet Terenga, un stage de huit semaines au Sénégal destiné aux étudiants en éducation de l’Université de Montréal, est le dernier-né de Christine Renaud. « J’espère faire de ces étudiants des agents multiplicateurs des valeurs de solidarité, d’entraide et de justice sociale au sein de la population québécoise. En plus d’avoir travaillé à l’élaboration de ce projet pendant plus de deux ans, j’ai aussi prôné son institutionnalisation au sein de la Faculté des sciences de l’éducation, afin d’en assurer le financement et la pérennité. Résultat : le projet Teranga pourra désormais remplacer le stage de troisième année des étudiants en éducation, et ce, pour des années à venir », déclare fièrement la jeune femme qui a également accompagné la première cohorte de stagiaires en avril dernier.
Christine envisage maintenant le futur, la tête remplie de nouvelles idées. Établie depuis peu à Chicoutimi, elle travaille bénévolement dans des écoles alternatives afin de s’initier à d’autres façons d’enseigner. Elle souhaite également entreprendre une maîtrise en School development à l’Université de Harvard. « Ainsi, je disposerai de la formation et des réseaux nécessaires pour fonder une école ou un réseau d’écoles alternatives privées visant le développement intégral de l’enfant, dans une perspective de citoyenneté responsable. Puis j’ai le projet de fonder une PME de formation continue pour enseignants. Une partie des profits servirait à créer une fondation destinée aux élèves ne pouvant assumer les frais relatifs à mon école. Plus tard, j’enseignerai à l’université afin de rejoindre à la source plusieurs futurs enseignants et de partager avec eux mes réflexions et mes expériences », assure Christine.
Voilà un beau plan d’avenir pour une jeune femme hors du commun!


Christine Renaud




RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


Voir la galerie vidéos

PHOTOS


Voir la galerie de photos


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Christine Renaud /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc