• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Lauréat
GALA FORCES AVENIR
2005


AVENIR 2005
Personnalité 2e et 3e Cycles






Amelia C. Clarke

Personnalité 2e et 3e Cycles



Amelia C. Clarke
Amelia C. Clarke franchit tout juste le cap de la trentaine. Mais déjà , elle a acquis une renommée enviable dans le secteur de l’environnement. Il faut dire que l'étendue de son savoir est aussi vaste que remarquable.
« Mes intérêts sont multidisciplinaires, sinon transdisciplinaires. J’ai consacré mon baccalauréat à la biologie et à l’ingénierie, ma maîtrise aux études environnementales et je complète maintenant un doctorat en management. Mais des thèmes récurrents ressortent de ce cheminement : la gestion environnementale et le développement durable. Je consacre actuellement ma thèse doctorale à la mise en place d’une stratégie qui relierait l’urbanisme, la gestion, la sociologie et l’écologie et à travers laquelle je souhaite apporter une contribution non seulement théorique, mais aussi pratique », lance Amelia.
Depuis près de 15 ans, cette jeune femme à l’énergie débordante se voue corps et âme à la cause environnementale. Alors qu’elle n’était qu’au baccalauréat, on l’a nommée coprésidente du Caucus jeunesse du Réseau canadien de l’environnement (RCEN). En plus de contribuer à la naissance de plusieurs projets et à l’obtention de nouvelles aides financières pour l’organisme, Amelia y a coordonné le projet Les Amis des monts Noël, qui vise à conserver une richesse du patrimoine naturel néo-brunswickois. Les cinq années d’efforts soutenus qu’elle a consacrées à cette cause n’ont pas été vaines : la campagne ainsi entreprise a joué un rôle de premier plan dans la création de huit aires protégées au Nouveau-Brunswick.
« Amelia est très respectée dans le milieu environnemental. On reconnaît volontiers son expertise, son leadership, sa diplomatie et son dévouement », tient à souligner Chantal Bois, coordonnatrice des caucus nationaux au RCEN.
Ces traits distinctifs ne pouvaient que la destiner à représenter le RCEN au sein des délégations canadiennes, dans le cadre de conférences des Nations Unies. La jeune femme a ainsi eu l’occasion de débattre d’enjeux environnementaux dans différentes villes du monde. D’ailleurs, en vraie militante, Amelia saisit toutes les occasions qui lui sont offertes pour faire passer son message auprès des instances dirigeantes. « Il est devenu impératif de joindre le geste à la parole en matière de sauvegarde de l’environnement », souligne-t-elle.
Depuis plusieurs années, Amelia agit aussi comme représentante des organisations non gouvernementales environnementales canadiennes (ONGE) dans le cadre de rencontres internationales. Ainsi, à l'occasion des préparatifs du Sommet mondial de Johannesburg, en 2002, elle s’est jointe à la délégation du gouvernement canadien afin d'aborder les questions relatives au développement durable.
Résolument orientée vers l'action, cette lauréate de l’AVENIR Personnalité 2e et 3e cycles a par ailleurs siégé pendant cinq ans au comité directeur du RCEN, avant d’accéder à la présidence du Caucus des forêts, au sein du même réseau. Et ce n’est pas tout! En 1999, elle créait la Coalition jeunesse Sierra (CJS) du Sierra Club du Canada, un organisme de quelque 30 000 membres voué à la protection de la biodiversité et à la transition vers une économie viable.
À titre de coordonnatrice nationale de la Coalition, elle est l’instigatrice du projet Les Campus durables. Ce programme d’envergure, pour lequel elle éprouve une grande fierté, encourage les campus à modifier en profondeur leur comportement au regard de l’environnement. On lui doit donc le fait que 75 % des universités canadiennes aient à cœur de rendre leur établissement plus « écolo ».
« Amelia est un super modèle pour les jeunes activistes – et aussi pour les plus vieux, comme moi! Son énergie, son intelligence et son enthousiasme sont prodigieux, et son habileté à obtenir des résultats, vraiment impressionnante », observe Elizabeth E. May, directrice générale du Sierra Club du Canada, organisme dont Amelia assure actuellement la présidence.
Malgré un horaire plus que chargé, Amelia trouve encore le temps et l'énergie de signer plusieurs écrits. Elle a même publié deux guides majeurs en matière environnementale, dont un ouvrage qui trace l’orientation générale d’une politique menant à un véritable partenariat intergénérationnel. Et c’est sans compter les nombreuses conférences qu’elle a données ici et à l’étranger, où elle aborde notamment les questions de développement durable, de gestion de l’environnement et de biodiversité.
L’année qui vient ne s’annonce pas de tout repos. Déjà , il est prévu qu’elle représente à nouveau les ONGE lors du troisième Forum urbain mondial. L’événement qui aura lieu à Vancouver en juin 2006 sera l’occasion pour Amelia de discuter avec d’autres experts des défis que pose l’urbanisation. Comme le prédit David Brown, directeur de l’École d’urbanisme de l’Université McGill : « Si les efforts de cette activiste et théoricienne portent fruit en matière de développement durable, nous allons tous en bénéficier. »


Amelia C. Clarke




RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


Voir la galerie vidéos

PHOTOS


Voir la galerie de photos


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes / Amelia C. Clarke /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc