• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2016
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Victoria Dupont

Collège Jean de la Mennais






 
Victoria Dupont

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Victoria Dupont
Collège Jean de la Mennais

Enthousiaste, déployant une énergie à la limite de l’hyperactivité et toujours souriante, Victoria Dupont a toujours eu un horaire surchargé. Pour cette élève brillante du Collège Jean de la Mennais, impliquée dans mille et un projets, sportive déterminée et combative, tout allait à son rythme jusqu’à ce qu’un banal ballon de soccer, reçu violemment en plein visage le 23 août 2015, vienne tout chambouler. C’est ainsi qu’à l’aube de sa dernière année du secondaire, l’adolescente a dû tout mettre de côté sans trop savoir ce qui lui arrivait, et a dû apprendre à vivre avec des maux de tête douloureux et constants. Malgré tout, et bien que Victoria ne soit pas encore totalement remise, son attitude positive et sa persévérance lui ont permis de rattraper le retard dans ses études, et elle envisage maintenant de terminer son secondaire avec succès.

« Quand l’incident est arrivé, je ne voyais soudain plus d’un œil, mais je voulais quand même continuer à jouer ce jour-là. Je disais que ce n’était pas grave. On m’a forcée à sortir du terrain. À l’urgence, le médecin a soupçonné une commotion cérébrale, mais sans plus. Ma vision est revenue à 100 % en moins d’une semaine. Puis, comme je déteste me plaindre et surtout rester hors course, j’ai ignoré mes problèmes, c’est-à-dire maux de tête, maux de cœur, étourdissements, sensibilité à la lumière et au bruit, difficultés de concentration et j’en passe, durant les deux mois qui ont suivi. J’ai continué ma vie comme si de rien n’était, mais cela a fini par me rattraper », explique Victoria.

La prétendue commotion s’était aggravée. C’est à ce moment que Victoria n’a plus eu le choix et qu’elle a tout arrêté : le soccer, le bénévolat, les répétitions pour la comédie musicale, les devoirs, les examens, les cours de conduite, les sorties, la télévision, etc. Elle qui avait étiré la sauce à son maximum ne pouvait plus rien faire et a dû s’isoler de tout. À un point tel qu’elle n’a même pas obtenu de notes pour sa 1re étape à l’école. Mais le pire était qu’on lui demandait si ça allait mieux…

« Je répondais systématiquement oui, mais ce n’était pas vrai. Même si des fois j’étais très découragée, je restais positive et je me disais que le lendemain, ça irait. Mais dans le fond, je savais que c’était faux. Je m’accrochais à l’idée de faire un retour au soccer et à mon projet de voyage humanitaire à la fin de l’année scolaire. »

Entre les différents suivis médicaux, Victoria allait tout de même à l’école, mais s’isolait à la bibliothèque. Elle empruntait les notes de cours de ses amis, arrivait tôt à l’école pour être seule avec les enseignants et poser des questions, allait voir les répétitions de la comédie musicale assise dans la salle avec des bouchons dans les oreilles, tentant de mémoriser visuellement les chorégraphies. Elle voulait être fin prête pour son retour, qu’elle espérait rapide.

Finalement, à la fin décembre, après de nombreux tests physiques et cognitifs, les médecins lui ont donné le feu vert. Elle allait mieux! Mais cela n’a duré que trois semaines. Après avoir pris les bouchées doubles durant cette courte période, elle revenait au point de départ… Non, c’était pire! Les douleurs à la tête étaient maintenant présentes 24 heures sur 24. Elle a alors recommencé à prendre du retard et a dû arrêter une fois de plus toutes ses activités.

Finalement, au début avril, un neurologue rend le diagnostic : migraines chroniques post-traumatiques. Le problème était enfin identifié, et il n’était plus question de commotion cérébrale. Avec la médication appropriée, Victoria irait mieux et pourrait reprendre son rythme de vie effréné d’avant.

« Heureusement, j’étais parvenue à amasser assez de notes pour la 2e étape. J’ai eu une moyenne générale de 88 %. Maintenant, il faut que je travaille fort à avoir assez de notes pour obtenir mon diplôme. Mais ça devrait aller. Je suis confiante, comme je l’ai toujours été. J’ai d’ailleurs été acceptée au cégep. Il me suffit de remplir les exigences. »

Et la tête, elle va mieux?

« J’ai encore des douleurs persistantes, mais j’apprends à vivre avec. Au moins, j’ai pu reprendre toutes mes activités. Quand les médecins auront trouvé la bonne médication, car ils la cherchent encore, ça devrait finir par rentrer dans l’ordre », conclut Victoria avec sa détermination habituelle.



Victoria Dupont
Collège Jean de la Mennais



RESSOURCES

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Victoria Dupont /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc