• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2016
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Maude Levasseur

École secondaire de Neufchâtel
Commission scolaire de la Capitale





 
Maude Levasseur

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Maude Levasseur
École secondaire de Neufchâtel

Qui ne s’est jamais fait de mauvais sang à l’idée d’un examen scolaire, privé d’un peu de sommeil pour être fin prêt ou soumis aux effets physiques d’une grosse dose de stress? Bien qu’aisément gérables pour la majorité d’entre nous, ces situations peuvent devenir un véritable cauchemar pour d’autres. C’est le cas pour Maude Levasseur, une élève de l’école secondaire de Neufchâtel. À une époque pas très lointaine, pour elle, le simple fait d’obtenir 80 % lors d’un test était inacceptable. Il s’en suivait de l’anxiété, des crises de panique et des pensées catastrophes. Un cocktail qui l’a conduite tout droit vers l’hospitalisation.

« J’ai toujours fait de l’anxiété et je parvenais, avec des efforts, à m’en sortir. Puis, un jour, l’anxiété a pris le contrôle de ma vie. Je n’étais plus capable de me concentrer en classe, pas plus que de faire mes devoirs. Au début de ma 4e secondaire, mon médecin m’a prescrit un arrêt complet. Ma vie se résumait alors à dormir, à regarder mon plafond et à prendre ma médication », raconte l’adolescente de 16 ans.

Son état était tel que Maude a dû être hospitalisée pendant trois mois. À ce moment, un long et pénible combat s’est amorcé. Un combat au cours duquel elle a dû apprendre à mettre les choses en perspective, à s’éviter la pression d’atteindre la perfection.

« J’ai réalisé que pour moi, de toujours viser l’excellence, cela pouvait être très négatif. J’ai dû apprendre à lâcher prise, et je me le répète encore tous les jours. »

Durant cette période d’arrêt qui aura duré cinq mois, Maude s’est tout de même efforcée de ne prendre aucun retard scolaire. Comme l’école avait toujours été facile pour elle, elle pouvait se permettre de manquer les cours en obtenant les travaux à faire. De retour en classe, elle a ainsi pu reprendre le cours normal des choses et finir sa 4e secondaire avec succès. Mais cela a exigé des choix déchirants.

« À mon retour, j’ai pris la décision de quitter le programme d’études internationales. Ça a été très difficile à accepter, mais avec du recul, je crois que cela a été une excellente décision, avec laquelle je vis très bien », explique-t-elle. Même chose avec le cheerleading, sport qu’elle pratiquait depuis plusieurs années et qu’elle a dû mettre de côté. Petite consolation, Maude a pu, après avoir réussi à maintenir le lien avec le conseil d’administration de la coop étudiante pendant son absence, y reprendre son rôle actif de présidente.

Malgré toute sa détermination pourtant, la tempête a refait surface cette année. À nouveau, Maude a été contrainte de prendre une pause qui, bien que moins longue, l’a mise à rude épreuve.

« Je crois que cela a été encore plus difficile cette année. Je croyais que j’avais échoué pour une deuxième fois. Mais j’ai fini par comprendre que l’échec n’est pas de tomber. L’échec consiste à ne pas se relever », lance-t-elle.

Aujourd’hui, Maude se sent toujours fragile, mais beaucoup mieux outillée pour faire face à ses difficultés. Elle qui s’est toute jeune habituée à vivre de l’anxiété sous toutes ses formes, à avoir peur d’avoir peur, comme elle le dit si bien, a décidé de réapprendre à vivre. À mieux vivre.

Ses attaques de panique sont de moins en moins présentes. Les pensées catastrophes qui l’assaillaient constamment, du genre « si je manque un examen, je ne serai pas acceptée au cégep, je vais rater ma vie », Maude parvient à les faire taire de plus en plus. Même qu’elle se produira sur scène lors du spectacle de fin d’année. Elle y chantera avec une amie. Une façon pour elle d’exorciser ses démons.

« J’ai des personnes-ressources autour de moi et ça m’aide. J’ai aussi mes petits trucs de détente, comme la musique et des balles antistress. Je comprends ce que je vis et que je dois me confronter. Cela va me permettre de finir mon secondaire et d’avancer à mon rythme. »



Maude Levasseur
École secondaire de Neufchâtel



RESSOURCES

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Maude Levasseur /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc