• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2016
AVENIR PROJET ENGAGÉ
Bagages

École secondaire Paul-Gérin-Lajoie-d'Outremont
Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys





 
Bagages

AVENIR PROJET ENGAGÉ



Bagages
École secondaire Paul-Gérin-Lajoie-d'Outremont

Quand un mur s’érige entre deux réalités qui cohabitent, il faut trouver le moyen de le faire tomber. Avec le projet Bagages, des enseignantes de l’école secondaire Paul-Gérin-Lajoie-d’Outremont ont encouragé des élèves en classe d’accueil, c’est-à-dire des adolescents nouvellement arrivés au Québec, à partager, par l’entremise des arts de la scène, les moments marquants de leur parcours migratoire pour ainsi contribuer à faire tomber ce mur de la méconnaissance de l’autre. Un projet aux retombées sociales palpables qui prennent vie cette année à travers la production d’un documentaire.

« À mon arrivée à l’école, il y a cinq ans, j’ai découvert des jeunes en classe d’accueil qui avaient beaucoup de choses à raconter, mais qui trouvaient peu d’oreilles pour les écouter. On ne savait rien d’eux, de leur pays, de leur vécu, des défis de leur intégration au Québec. Avec Bagages, j’ai souhaité leur donner la chance de s’exprimer et de se faire entendre », raconte Mélissa Lefebvre, enseignante d’arts dramatiques.

Bagages, c’est une création théâtrale pensée, écrite et présentée par les élèves des classes d’accueil. Si, la première année, une cinquantaine de jeunes se sont prêtés au jeu, le succès a vite suscité l’engagement de la centaine de jeunes immigrants qui composent les cinq classes d’accueil de l’école pour la deuxième production, qui a eu lieu au printemps dernier. Et si l’intention générale était d’abord de créer un sentiment d’appartenance pour ces élèves à l’école et de briser leur isolement, tout en leur permettant d’accélérer leur apprentissage de la langue de Molière, le projet a aussi permis de mieux comprendre le parcours migratoire de ces jeunes, ainsi que celui des 50 000 immigrants qui chaque année arrivent ici.

« Au début, je n’étais pas certain de vouloir faire ce projet, mais cela m’a permis d’en apprendre beaucoup sur la vie d’autres élèves. Moi, je n’étais pas content de quitter mon pays. Chez nous, tout le monde parle à tout le monde. L’attitude est différente ici. Et il y a le froid. Mais il y a aussi beaucoup de points positifs », mentionne Mario Villarraga, un élève de 4e secondaire originaire de la Colombie.

« Moi, c’est le contraire. J’étais contente de partir de mon pays, même si j’ai beaucoup souffert de l’isolement au début. Maintenant, grâce à ma participation au projet, les autres élèves de l’école me reconnaissent et me parlent. Je me suis ouverte, j’ai raconté mon histoire et j’ai brisé mon isolement », explique quant à elle Shannon Charles, originaire de Saint-Vincent, une petite île des Antilles.

De l’aveu général, c’est étonnant de voir à quel point ce projet a eu un effet immédiat sur les jeunes participants, mais aussi chez l’ensemble de la population étudiante, les parents, les membres du personnel de l’école et même ceux de la commission scolaire.

« C’est comme si les gens avaient pris conscience de l’existence des classes d’accueil. Il n’est pas rare de voir des jeunes du secteur régulier arrêter nous voir et poser des questions. Ils comprennent maintenant mieux la mission de ces classes, et l’intégration des élèves est grandement facilitée », explique Nathalie Vézina, enseignante de français aussi artisane du projet.

Le printemps dernier, Bagages a été présenté à trois reprises au Théâtre Outremont, chaque fois devant une salle bondée ou presque. Le spectacle captant l’intérêt et touchant les cœurs de certains décideurs, un budget a été alloué cette année afin de transformer l’œuvre théâtrale en film. Produit avec un cinéaste professionnel, ce film prendra la forme d’un documentaire qui, tout en présentant les scènes créées par les jeunes, entrera dans l’univers personnel de ceux-ci et nous fera découvrir leur vie d’avant et d’aujourd’hui.

« Nous avons de grosses ambitions pour ce projet. Nous souhaitons que ce film devienne un outil pédagogique pour toutes les écoles du Québec et, ultimement, nous aimerions qu’il soit diffusé sur une chaîne nationale. Nos élèves se sont ouverts, sont allés très loin dans leur démarche. Il est important que le plus de gens possible soient sensibilisés à leur réalité », conclut Mélissa Lefebvre.



Bagages
École secondaire Paul-Gérin-Lajoie-d'Outremont



RESSOURCES

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Bagages /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc