• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2014
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Anne-Josée Trépanier

École des Sources
Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys





 
Anne-Josée Trépanier

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Anne-Josée Trépanier
École des Sources

Anne-Josée Trépanier est surprenante lorsque, du haut de ses presque-17 ans, elle lance : « J’aime vieillir. Quand on vit avec le cancer, on ne sait jamais si on aura la chance de devenir vieille. Pour moi, chaque anniversaire est comme une petite victoire. » Le 30 janvier dernier marquait la fin de sa rémission face à un combat contre le cancer qu’elle mène depuis 10 ans.  Mais elle insiste peu sur le sens du mot « combat » ; elle préfère parler de courage, de persistance, d’apprentissages et de bons moments. Sa vie en est remplie, et il est clair qu’Anne-Josée est la principale artisane de son bonheur. « Avec la maladie, j’ai appris à être raisonnable. Ça commence par accepter la condition de mon corps. J’ai connu des matins où j’étais trop malade pour aller à l’école. Alors, les matins où j’étais en forme, j’ai aussi appris à profiter de mon énergie. »

Qu’on se le tienne pour dit, outre ce qui a trait aux terribles céphalées dont elle souffre depuis deux ans, Anne-Josée est une adolescente comme les autres. Le bruit du cadran qui la sort de sa torpeur l’énerve, et elle non plus, elle n’a pas toujours envie de se retirer du confort de ses couvertures, surtout les matins où sa tête veut éclater. « Je n’ai qu’à penser aux longues journées de ma vie que j’ai passé à l’Hôpital Ste-Justine, et l’envie de me retrouver à l’école me donne l’énergie nécessaire! », lance la jeune fille.

Pour elle, « être à l’école » n’est pas suffisant. Dès sa deuxième secondaire, elle a organisé une collecte de sang à son école. Pour avoir reçu pas moins de 14 transfusions au cours de ses traitements, elle connaît mieux que quiconque l’importance de ce cadeau de la vie. Passion oblige, la jeune fille, qui avait à l’époque 14 ans, a présenté avec un aplomb remarquable son projet devant tout le personnel de l’école, et a réussi à atteindre son objectif de 100 donneurs ! Quiconque lit ces lignes est invité à tenter de convaincre ne serait-ce que 10 donneurs, juste pour voir…

Il y a deux ans, avec l’aide d’une amie, elle a organisé le Défi têtes rasées. Ce sont 11 participants qui ont courageusement accepté de relever le défi. Ainsi, Anne-Josée s’est vue capable de remettre un chèque de 4236,37$ à l’organisme Leucan, pour permettre à cette fondation de poursuivre sa mission auprès des enfants atteints de cancer et leur famille. Il faut dire qu’elle avait de l’expérience, puisqu’elle avait organisé sa première levée de fonds à l’âge de 10 ans, et avait ramassé 7650$ ! Lorsqu’elle raconte qu’à 12 ans, elle a couru avec la flamme olympique, on a plutôt envie de croire que c’est la flamme olympique qui a couru avec Anne-Josée !

Au quotidien, elle fait partie du comité des smoothies du café étudiant, au sein duquel les élèves prennent à tour de rôle les différentes responsabilités inhérentes au roulement d’un café, soit la préparation, la vente et le service, la gestion des ressources humaines et financières et le respect de l’hygiène. Et lorsqu’un projet de coopération et d’initiation au travail humanitaire a été mis sur pied l’an passé, il ne faut pas croire qu’Anne-Josée est restée sur le parquet pour cause de maladie. Oh que non ! « J’ai organisé mes traitements, j’ai fait des levées de fonds pour le financement et j’ai vécu l’expérience du Costa Rica ! » Elle ne pense maintenant qu’à son prochain voyage!

Mais en attendant, la véritable passion de l’étudiante tourne autour des communications. Elle donne des conférences, fait des témoignages et de l’animation lors des levées de fonds. Elle fait aussi  partie d’une troupe de théâtre depuis deux ans. Prise d’un désir de jumeler sa passion pour le jeu avec le monde médical qui compose sa réalité depuis 10 ans, elle a mis sur pied une pièce – qu’elle a partiellement écrite et adaptée - destinée aux patients de l’Hôpital Ste-Justine. En sollicitant la participation de ses compagnons de jeu, elle a fait elle-même ses démarches pour présenter son œuvre sur place. « Ce fut si difficile, raconte Esther Poirier, l’une des coordinatrices du Programme d’études internationales, que moi la première, j’étais découragée ! Mais pas elle ! Devant l’adversité, on voit que Anne-Josée a appris à se tenir debout. Elle ne plie pas l’échine. Résultat : elle a fait deux représentations : l’une à la clinique externe d’oncologie et l’autre à l’amphithéâtre Albert-Royer. C’était le 30 janvier 2014, jour officiel qui marquait sa rémission. Lors d’une représentation, un enfant malade a laissé tomber : « Ça fait 12 semaines que je suis hospitalisé, et je n’avais pas ri depuis. » Ce commentaire a bouleversé Anne-Josée.  « J’ai été entourée pendant ma maladie ; pouvoir redonner m’apporte un bien-être indescriptible. »

La jeune femme vient d’être acceptée à l’Option Théâtre du Collège Lionel-Groulx, en art de l’interprétation. « Si la maladie m’a appris une chose, c’est : fais ce que tu aimes, et surtout, ne t’impose jamais de barrières. »

 



Anne-Josée Trépanier
École des Sources



RESSOURCES

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Anne-Josée Trépanier /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc