• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2012
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Martin Mansour

École de l'Érablière






 
Martin Mansour

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Martin Mansour
École de l'Érablière

Martin Mansour garde peu de souvenirs heureux de ses débuts scolaires. Dès l’école primaire, il se sent exclu et n’arrive pas à imposer le respect. Ses difficultés d’apprentissage connaissent leur apogée alors que Martin a 8 ou 9 ans. Alors qu’il se lève pour poser une question à son professeur, « elle a pris mon cahier Canada, et l’a ouvert devant toute la classe. Regardez le cahier de Martin ! » Tous les enfants ont ri. Je ne comprenais pas pourquoi. J’ai été tellement humilié. Je n’ai plus posé de questions. Je comprenais de moins en moins ce qui se passait au tableau. J’accumulais les incompréhensions par peur d’être à nouveau ridiculisé. Quand je suis arrivé en 4ième, on m’a remis en 3ième. Ma misère commençait. Quand on se sent comme un perdant, on ne peut plus gagner. » Martin Mansour a pourtant réussi ce que peu de jeunes arrivent à faire : quitter le cheminement particulier où on l’avait placé pour revenir en force en cheminement régulier. Tout un exploit !

Martin se retrouve en cheminement particulier - le CC1, dans le langage scolaire, -  dès le début de son secondaire. « J’ai pleuré quand j’ai appris ça parce que je sais que normalement, on n’en sort jamais, avoue l’élève. » C’est la jeune Cindy, une élève de sa classe, qui fait alors les premiers commentaires. T’es ben’ trop bon pour être ici, toi !, lui lance-t-elle après un examen où Martin a particulièrement bien réussi.  Le commentaire fait boule de neige. Conrad Morin, son enseignant de l’époque, se rend compte du fait que son élève semble capable de réussir dans la voie régulière. «  Il a commencé à me faire passer des tests, et effectivement… j’étais capable, raconte fièrement Martin ! Je pense que le fait de me voir capable de réussir a été un déclencheur et un moteur. »

Un rêve rendu possible - Dans cette classe de CC1, grâce à cet enseignant qui croit en lui, Martin se retrouve l’année suivante en A.D.S. (année de développement au secondaire). Durant ces deux années, il travaille d’arrache-pied pour atteindre le secteur régulier. Porté par son rêve, au gala de fin d’année, Martin se mérite des médailles pour souligner ses efforts. Il est alors remarqué par ses enseignants qui l’encouragent à persévérer. Après ces deux années, il ne ralentit nullement car il est encore loin de son but : réussir sa 4e année du secondaire pour intégrer Les Forces Armées Canadiennes.

« Mon grand-père maternel, Normand Mansour, est un militaire à la retraite, raconte Martin. Il m’a transmis sa passion. Il m’a raconté qu’il aurait eu la chance de voyager avec les Forces, si sa vie de famille le lui avait permis. Moi, je peux le faire ! Je veux devenir un officier en mécanique. Pour y arriver, je dois non seulement réussir mon secondaire 4 mais mon grand-mère m’a convaincu de réussir également mon cinquième secondaire.  J’ai confiance en lui et je vais le faire ! Je l’aime et je veux qu’il soit fier de moi. »

Anie Belleville enseigne le français à Martin Mansour. Elle se dit impressionnée par les efforts que l’étudiant met de l’avant. « Il a cristallisé ce rêve d’être militaire et il prend tous les moyens pour réussir malgré des difficultés d’apprentissage importantes, note-t-elle. Il fait ses devoirs de manière appliquée. Attentif en classe, il s’invente des méthodes pour mémoriser la matière enseignée : il répète mentalement les paroles de ses enseignants. De cette manière, il réussit, ce qui, évidemment, lui donne confiance. Je suis certaine qu’il y a bien des matins où il resterait couché… mais c’est un combattant ! Il a compris qu’il doit travailler fort. J’ai confiance et sa réussite me fait autant plaisir que celle de mes propres enfants. » En décembre dernier, Martin a d’ailleurs reçu un diplôme pour le motiver et l’encourager dans sa persévérance scolaire. Son grand-père, sa mère et son conjoint et les parents de ce dernier sont aussi importants que ses professeurs, affirme Martin, dans sa réussite.

« Je ne veux pas passer ma vie à jouer au X-Box et à fureter sur Facebook ! Je veux une vie sans endettement, une famille, des enfants… je veux aller à Rome, je veux une belle voiture et je veux être un exemple pour mes deux petits frères. Je voudrais aussi que mes enfants soient fiers de leur père. Alors je ne me laisse plus rabaisser par les autres, je n’écoute plus mes petits bobos, je me lève le matin et je fonce. J’ai envie d’un avenir qui me plaît. »

En attendant, il adore son cours d’histoire, notamment grâce à son prof, Yves Perron. Il aime les arts et l’entraînement physique mais aussi les sciences. « Et j’aimerais tellement comprendre les mathématiques ! », s’exclame-t-il. Il fréquente aussi les cadets, où il apprend la discipline, développe du leadership, de l’autonomie et de la confiance en lui. Quand il défile en uniforme lors des cérémonies du jour du Souvenir, il dit se sentir important. «J’suis en train de prendre ma place. » Vas-y, mon grand. La vie t’attend.



Martin Mansour
École de l'Érablière


Finaliste dans la catégorie AVENIR Élève persévérant

Photo, de gauche à droite : Martin Mansour


RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Martin Mansour /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc