• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2012
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Romina Hassid

École des Sources
Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys





 
Romina Hassid

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Romina Hassid
École des Sources

À 8 ans, Romina Hassid quittait son Argentine natale aux bras de ses parents, qui émigraient pour s’installer à Montréal. Plutôt que de pleurer la perte des siens, elle s’appliquait plutôt à entretenir la correspondance, ce qui fait que huit ans plus tard, elle a conservé ses amitiés. Ça, c’est tout à fait Romina : devant un problème, elle applique une solution, et ne se laisse jamais démonter. « Se laisser freiner par une bonne excuse, c’est laisser la place à la paresse qui dort en soi. Ça, c’est dangereux! », note la jeune fille qui n’a qu’une idée en tête : devenir chirurgienne.

Cette élève de 5ième secondaire du Programme d’Études Internationales entrevoit déjà le moment où elle prendra seule les rennes de sa destinée. Minutieusement, elle se prépare, surmontant un à un les obstacles qui se trouvent sur sa route et qui pourraient l’empêcher d’atteindre ses buts. À commencer par un important problème d’acuité visuelle, devant lequel plus d’un auraient baissé les bras. Mais pas Romina! « J’ai déjà vu un reportage au sujet d’un dentiste qui n’avait qu’une seule main! Pour pallier mon manque d’acuité visuelle, il y aura bien des outils. Je verrai, rendue là. La technologie s’améliore tout le temps », lance-t-elle, optimiste.

Au contact de Romina Hassid, il est d’ailleurs difficile de ne pas se laisser convaincre. « J’entrevois devenir chirurgienne et malgré les difficultés qui vont aller en augmentant, je le sais, je ne compte pas dévier de ma route ». D’un aplomb hors du commun, la jeune fille ne s’épanche pas sur son sort et se fait avare de détails lorsque vient le temps de partager ses états d’âme concernant son histoire. « Je préfère m’attarder aux faits, plutôt qu’aux émotions », lâche-t-elle simplement pour expliquer comment elle réussit à ne pas se laisser abattre par les difficultés qu’elle rencontre.

Et les difficultés sont nombreuses. À l’école, Romina ne voit pas très bien au tableau. Lorsque les caractères imprimés sont trop petits, la lecture d’un livre lui est fort ardue. «Je suis consciente qu’au cours de ma vie, je ne disposerai pas du même encadrement qu’à mon école secondaire. Par exemple, on ne m’accordera pas plus de temps qu’aux autres pour effectuer mes examens de médecine. Ainsi, je travaille le plus rapidement possible pour ne pas avoir recours au surplus de temps qui m’est accordé. Je recopie des textes que je ne peux pas voir tandis qu’un ami me les dicte, mais j’essaie de minimiser l’aide des autres.»

Son handicap ne l’a pas empêchée d’apprendre différentes langues, dont l’espagnol, le français, l’anglais, l’hébreux et l’allemand. Et elle n’a que 16 ans! Son grand intérêt consiste d’ailleurs à relier les langues aux sciences. Elle s’apprête ainsi à poursuivre deux programmes de front : l’un en études slaves et l’autre, en sciences et nature.

La vision réduite dont souffre Romina depuis la naissance relève ni plus ni moins de la combinaison de deux éléments génétiques, dont l’albinisme, allié à une erreur congénitale plus rare et plus complexe affectant le muscle de l’iris. Ce genre de situation n’affecte que très peu de gens sur la planète. Comme sa condition n’est pas populaire, Romina comprend très bien que la médecine n’investira pas des sommes gigantesques pour trouver une solution. Aussi, elle accepte très bien le fait qu’il lui revient de s’adapter. « Au moins, dit-elle, ce n’est pas dégénératif. C’est déjà un point pour moi. » Tiens! Quand on dit que Romina voit toujours le verre à moitié plein…!

Mais il n’y a pas que l’optimisme qui soit au cœur des excellents résultats qu’obtient notre élève-vedette. Romina lit beaucoup  - elle a lu 10 fois la série Harry Potter, ce qui ne l’empêche pas de visiter de nombreux autres auteurs. Elle se fait également un point d’honneur de se garder informée. « En janvier, j’ai organisé une journée du silence pour commémorer l’Holocauste. Je suis Juive et j’accorde énormément d’importance à l’Histoire. Or, j’ai découvert que plus de la moitié des élèves ne savaient même pas ce qu’était l’Holocauste! Ça ne me choque pas mais ça me surprend, et ça me donne la motivation nécessaire pour agir et tenter de changer les choses ».

Romina  réfléchit beaucoup au monde qui l’entoure, se garde ouverte d’esprit, investigue les causes sociales de toutes sortes, organise des activités avec audace et s’implique dans son milieu de vie avec altruisme. Capable de communiquer, elle sait demeurer intègre en nourrissant ses idéaux. À ses yeux, la chirurgie lui permettra de vivre dans un monde d’action, et de faire une différence quotidienne dans la vie des autres. «  Ma tante Brenda est pédiatre en Argentine. Elle a persisté dans un milieu où les études supérieures n’étaient pas facilement accessibles pour elle. Elle vit beaucoup de stress - chaque semaine, des enfants meurent sans qu’elle n’ait pu les sauver! Pourtant, elle demeure positive, énergique, de bonne humeur. C’est une femme brillante que j’admire. Je communique avec elle régulièrement. Elle est une grande source d’inspiration pour moi. » Et Romina, elle, est déjà une belle source d’inspiration pour ceux qui la côtoient.



Romina Hassid
École des Sources


Finaliste dans la catégorie AVENIR Élève persévérant

Photo, de gauche à droite : Romina Hassid


RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Romina Hassid /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc