• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2011
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Joanie Duquette

École secondaire Mgr-A.-M.-Parent
Commission scolaire Marie-Victorin





 
Joanie Duquette

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Joanie Duquette
École secondaire Mgr-A.-M.-Parent

Il y a moins d’une année, quand les professeurs de 3e secondaire de l’école Mgr-A.-M.-Parent échangeaient à propos de l’avenir de Joanie Duquette, une jeune fille un peu rebelle de 3e secondaire, les pronostics de réussite scolaire s’avéraient très mauvais. Aujourd’hui, lorsque ces mêmes enseignants discutent de la même jeune fille, les commentaires positifs affluent de toutes parts. Après avoir en quelque sorte fait le ménage dans sa vie et appris à vivre avec le deuil de son père, Joanie s’est remise à fréquenter l’école assidûment, a déployé les efforts nécessaires et a fait passer sa moyenne générale de 41 % à 87 %, retrouvant ainsi le chemin de la réussite.

La remontée est tellement impressionnante que les images manquent afin d’illustrer ce changement de cap opéré par Joanie Duquette. Ayant dû recommencer son 3e secondaire cette année — elle n’avait même pas pris la peine de participer aux examens de fin d’année en juin 2010 —, la jeune fille de 16 ans n’en revient pas elle-même du bout de chemin qu’elle a accompli en aussi peu de temps. Et pourtant, cela n’a pas été toujours facile. Elle se rappelle d’ailleurs son année de dégringolade avec un peu d’amertume.

« Ça a commencé tranquillement. Je manquais une journée et je me disais que c’était pas trop grave, puis une autre, puis une autre. Je n’avais aucune motivation, j’avais un entourage plus ou moins positif et je subissais des mauvaises influences. Puis mon père est décédé au printemps, et c’est là où j’ai carrément tout abandonné. »

Même si Joanie s’y attendait forcément, l’annonce fatidique de l’échec complet de son 3e secondaire, l’obligeant ainsi à le reprendre, arriva comme une gifle en plein visage. Parmi les huit matières au programme, il y en avait quatre où sa moyenne globale se situait à 24 %. Son absentéisme chronique et son manque total de motivation avaient eu raison de son année.

« J’ai pris l’été pour réfléchir et faire le point sur ma situation. J’avais le choix de rester chez moi à regarder la vie passer ou de me reprendre en main et d’aller chercher les outils afin de pouvoir avoir un métier plus tard. C’est cela que j’ai décidé de faire, et je crois que tout le monde à l’école a constaté mon changement d’attitude », indique Joanie, tout en avouant qu’elle compte aussi beaucoup sur l’aide de son père, peu importe où il se trouve, pour reprendre sa vie à elle en main. « Avant de mourir, mon père m’a dit que j’irais loin dans la vie. Je veux qu’il ait raison. »

Pour redresser la situation, Joanie a tout d’abord décidé d’être présente en classe. Non pas seulement physiquement, mais aussi en participant. À titre d’exemple, mentionnons qu’à sa première tentative en 3e secondaire, elle avait manqué l’équivalent de 349 périodes d’enseignement. Cette année, elle n’a été absente que 11 jours, et ces absences ont toutes été justifiées. Puis elle a beaucoup investi de temps dans ses études, ce qui lui a permis de remonter ses moyennes pour chaque cours, la plus basse étant désormais de 78 % et la plus haute de 95 %. Son engagement quotidien lui permet même d’apporter son aide à d’autres élèves qui éprouvent certaines difficultés.

« Avant mon année difficile, je n’avais jamais eu de difficulté à l’école. J’apprenais bien et les résultats étaient au rendez-vous. Tout a été une question de démotivation totale. Cette année, j’ai prouvé que je pouvais me reprendre en main toute seule et bien réussir. »

L’histoire de Joanie tend à prouver que personne n’est à l’abri, malgré un potentiel intellectuel et des capacités d’apprentissage supérieures, de l’échec complet ou d’un laisser-aller total. Parfois, le contexte social ou familial, l’entourage immédiat ou l’absence de repères solides peuvent exercer des pressions négatives et venir à bout des meilleures intentions. Dans le cas présent, Joanie s’affiche tout bonnement comme la preuve que malgré tout cela, il est possible de se relever.

« J’ai compris qu’il était important d’aller à l’école si on voulait aller quelque part dans la vie ou, à tout le moins, mettre toutes les chances de son côté pour le faire. C’est aussi le message que j’aimerais lancer à d’autres jeunes qui pensent décrocher. En fait, il ne faut pas lâcher prise. Ça peut sembler facile et invitant, mais il faut persévérer si on veut aller loin », insiste la jeune fille, qui souhaite faire carrière dans le domaine de la santé.



Joanie Duquette
École secondaire Mgr-A.-M.-Parent



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Joanie Duquette /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc