• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2011
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Catherine-Amélie Renaud

Collège Regina Assumpta






 
Catherine-Amélie Renaud

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Catherine-Amélie Renaud
Collège Regina Assumpta

Personne ne met en doute qu’une forte estime de soi favorise la réussite. Et ce n’est pas différent pour Catherine-Amélie Renaud, une élève de 5e secondaire au Collège Regina Assumpta. Comme elle se situe parmi les premières de classe tout en s’impliquant comme photographe et bénévole avec le Club 2/3 et dans un programme de tutorat, on pourrait croire qu’elle déborde de confiance… et pourtant. Devant composer avec des problèmes de troubles de l’humeur, Catherine-Amélie lutte quotidiennement pour avoir d’elle-même une image positive. Souvent, elle a envie de tout laisser tomber, mais chaque fois elle se dit que ça finira par aller mieux.

Tout en discutant avec Catherine-Amélie, une jolie adolescente plutôt réservée et qui ressemble à celles que l’on croise partout, il est difficile de percevoir et de comprendre l’ampleur de ses problèmes. Agissant sournoisement, les troubles de l’humeur « se distinguent des variations normales de l’humeur par leur intensité et leur persistance ainsi que par la tendance à perturber l’individu dans son fonctionnement quotidien ». Pour Catherine-Amélie, cela s’est déjà traduit par une forte dépression, la présence soutenue d’idées noires et des crises de pleurs ou de rage pour aucune raison en particulier.

« Au primaire, lorsque je vivais des choses semblables, je me renfermais et je restais à l’écart. Puis, au secondaire, ça a vraiment commencé à être difficile. J’ai commencé à vivre de l’intimidation et du rejet. J’ai même fini par développer des comportements agressifs à l’école et mes notes ont chuté. C’est en 2e secondaire que j’ai fait une dépression et que nous avons compris ce que j’avais », raconte celle qui aura 17 ans dans les prochains jours.

« J’en suis venue à détester l’école, reprend-elle. Je ne m’aimais pas. Je n’aimais pas la personne que je devenais. Je vivais du stress énorme parce que je voulais être parfaite. Et encore aujourd’hui, ces sentiments m’habitent. J’ai souvent eu envie de tout lâcher, mais à chaque fois je me suis dit que ça finirait par aller mieux. »

Il n’a donc pas été facile pour la jeune fille de 13 ans qu’elle était d’apprendre à vivre avec son état. Et si, tant bien que mal, elle y est parvenue, c’est certainement grâce à Grande Dame, sa jument. Car Catherine-Amélie est devenue une adepte de l’équitation. « L’équitation m’a probablement sauvé la vie. J’en fais de trois à quatre fois par semaine, hiver comme été. Les chevaux m’ont apporté un bien-être que rien ni personne n’avait encore su me donner. C’est devenu ma raison d’exister et ma source de motivation pour continuer à avancer. »

Tranquillement, Catherine-Amélie s’est donc mise à apprendre à vivre avec ses troubles de l’humeur. Même si elle avait trouvé une solution à l’extérieur de l’école pour décompresser, il lui fallait aussi trouver un moyen de calmer ses anxiétés grandissantes à l’école. Intéressée par la photographie, elle décide alors de s’équiper d’une caméra semi-professionnelle et devient la photographe officielle du Collège. À partir de ce moment, tous les événements artistiques et sportifs de l’école, ou presque, tels que Secondaire en spectacle, le triathlon du Collège ou les soirées-bénéfices, peuvent miser sur les services de la jeune fille.

Puis, voyant que diverses implications avaient un effet bénéfique sur elle, l’adolescente décide de s’impliquer, à l’invitation d’une ancienne professeure, comme tutrice en mathématiques auprès d’élèves de 2e secondaire. « C’est drôle, car lorsque j’apporte de l’aide aux autres, je pense moins à mes propres problèmes. Je vis ainsi moins de pression et ça me permet d’évacuer le stress des journées plus difficiles », dit-elle.

Cette année, une bonne amie l’a aussi incitée à s’engager avec le Club 2/3 de l’école. Elle a ainsi contribué à des projets de collecte de fonds et à des campagnes de sensibilisation pour Haïti. En plus, elle vient tout juste de participer, avec 50 autres jeunes de son école, à un voyage culturel en Europe.

« Je crois que le laisser-aller est la méthode la plus simple et facile de vivre sa vie et que se prendre en main et avancer est l’acte le plus complexe et courageux qu’un être humain peut faire. C’est ce que j’ai décidé de faire. Je me fixe des objectifs réalistes et j’avance », conclut-elle.



Catherine-Amélie Renaud
Collège Regina Assumpta



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Catherine-Amélie Renaud /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc