• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2011
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Samuel Pelletier

École secondaire de la Rencontre






 
Samuel Pelletier

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Samuel Pelletier
École secondaire de la Rencontre

D’aussi loin qu’il se souvienne, Samuel Pelletier a toujours accusé un retard important à l’école. Pourtant, malgré les frustrations, il s’est toujours accroché. Puis est arrivé, alors qu’il n’avait que 14 ans, un diagnostic de cancer des ganglions. Une fois de plus, Samuel s’est accroché et est entré en période de rémission. Puis, l’an dernier, l’élève de l’école secondaire La Rencontre apprenait qu’il était dyslexique. C’était une nouvelle épreuve, mais ce nouveau diagnostic lui a enfin permis de comprendre l’origine de ses difficultés scolaires. « J’ai toujours persévéré et j’ai eu raison de le faire. Aujourd’hui, j’ai les bons outils pour réussir et tout s’améliore. J’en suis très fier! »

Quelques minutes de discussion avec Samuel Pelletier suffisent pour comprendre que le jeune garçon de 17 ans n’a pas envie de jouer à la victime d’un mauvais karma. Grand gaillard souriant, le discours bien articulé, enthousiasmé à l’idée de partager son histoire et faisant preuve d’une joie de vivre quasi enfantine, Samuel a tout d’un jeune adulte qui souhaite prendre sa place dans la société. Et les épreuves qu’il a vécues ainsi que les difficultés qu’il a surmontées sont les preuves tangibles de son acharnement.

« Au primaire, ça a toujours été difficile. Je ne savais pas pourquoi je n’arrivais pas à comprendre comme mes amis et ça me frustrait. J’essayais de faire mes devoirs, mais j’y arrivais pas. En classe, je suis devenu turbulent et on pensait que c’était pour ça que je ne réussissais pas », raconte-t-il.

Puis Samuel atteint le secondaire. Non pas parce qu’il a les acquis pour le faire, mais bien parce qu’il est trop âgé pour demeurer au primaire. Rapidement, la même dynamique s’installe et les difficultés d’apprentissage se poursuivent. Mais il ne se décourage pas et devient même le représentant de sa classe au Parlement étudiant de l’école. C’est durant cette période que le diagnostic de cancer des ganglions survient. « Ça m’est tombé sur les épaules comme une tonne de briques. Ça m’a complètement découragé. Et ce que j’ai trouvé le plus dur, ça a été d’être obligé d’arrêter d’aller à l’école pendant presque un an et demi », dit-il.

Heureusement, les chances de succès pour vaincre la maladie étaient du côté de Samuel. Se sont amorcés les interventions chirurgicales, les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, ainsi que toutes les batteries de tests pour le suivi. Pendant tout ce temps, une grande ambition l’encourageait à vaincre la maladie : retourner à l’école le plus vite possible. Finalement, au bout de presque une année et demie d’absence, à travers laquelle il n’a jamais arrêté d’étudier, suivant des cours avec des professeurs privés, Samuel réintégrait son école.

« Même si l’école avait toujours été difficile pour moi, ça m’avait quand même manqué. J’ai tranquillement repris la routine, je suis à nouveau devenu le représentant de ma classe et j’ai travaillé fort. »

L’année suivant son retour, Samuel décide même de joindre l’équipe de football, qui regroupe des élèves de deux écoles secondaires, dont la sienne. « Comme pour jouer dans cette équipe il faut être à l’école, c’est devenu une source de motivation. J’adore ce sport et je suis bon. Ça me fait du bien au moral », confirme le jeune homme.

Mais c’est probablement le fait d’apprendre, à l’été dernier, qu’il était dyslexique qui a fait le plus grand bien au moral de Samuel. Pour la première fois de sa vie, il comprenait enfin pourquoi il avait tant de difficultés à l’école. Ainsi, depuis septembre dernier, Samuel peut bénéficier de services additionnels pour atteindre la réussite. Entre autres, il a le droit d’utiliser un ordinateur portatif doté de logiciels spécialisés qui l’aident à comprendre les textes qu’il doit lire.

Aujourd’hui, ses rêves lui semblent beaucoup plus accessibles, comme celui de devenir massothérapeute un jour. En attendant, par son programme de formation préparatoire au travail, il réalise un stage dans une quincaillerie et développe ainsi ses compétences. « J’ai l’impression d’avoir repris ma vie en main et d’être plus en contrôle. Si j’avais abandonné, je n’aurais pas su pour ma dyslexie et je n’aurais jamais pu apprendre un vrai métier. Avec tout ça, j’ai compris que même si c’est difficile, il faut rester à l’école. C’est ce qui nous permet de réaliser nos rêves », lance-t-il avec un large sourire.

 



Samuel Pelletier
École secondaire de la Rencontre



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Samuel Pelletier /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc