• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2010
AVENIR PROJET ENGAGÉ
24 heures de silence

École d'éducation internationale






 
24 heures de silence

AVENIR PROJET ENGAGÉ



24 heures de silence
École d'éducation internationale

Il y a parfois de ces éléments déclencheurs qui nous chamboulent et qui nous amènent à poser des gestes formidables. Pour Caroline Arbour, étudiante de 5e secondaire à l’École d’éducation internationale de McMasterville, il s’agit du Sommet du millénaire d’avril 2009, où elle a assisté à la conférence de Craig Kielburger, fondateur de l’organisme Free the Children. Inspirée par ses paroles, elle a décidé de poser, à son tour, un geste concret en organisant une gigantesque levée de fonds. Grâce à son projet « 24 heures de silence », Caroline et ses collaborateurs ont amassé plus de 16 000 $ afin d’aider les enfants du Sierra Leone et d’Haïti.

« J’ai vraiment été impressionnée par cette personne qui, à l’âge de 12 ans, a fondé son organisme pour dénoncer le travail des enfants à travers le monde. J’ai aussi voulu dénoncer ces injustices et la meilleure façon d’y arriver était de faire une vaste campagne de sensibilisation tout en amassant de l’argent », explique la jeune fille de 16 ans.

Une fois cette décision prise, Caroline s’est mise à faire des recherches sur le phénomène des enfants travailleurs et à chercher la meilleure façon de leur venir en aide. Elle est alors devenue participante officielle du programme Adoptez un village de l’organisme Enfants Entraide (Free the Children) et l’idée de mettre sur pied l’événement 24 heures de silence s’est rapidement imposée. C’est à ce moment que le véritable défi s’amorçait. Choisissant d’en faire son projet personnel de fin d’études au programme d’études internationales, il lui a fallu de la persévérance afin de convaincre les gens qu’elle était capable de mener à bien son ambitieux projet. Et tout le monde lui a fait confiance.

« J’ai découvert qu’il y a 218 millions d’enfants qui travaillent dans des conditions déplorables dans les pays du Tiers-monde. Je crois qu’il était de mon devoir de dénoncer cette situation et de faire quelque chose », insiste-t-elle

Caroline s’est donc mise à planifier l’événement. Outre la logistique, il fallait avant tout trouver des participants. Cela paraît simple, mais ne pas parler durant 24 heures, cela représente un défi pour les participants, mais aussi pour les gens qui les entourent. À la grande surprise de Caroline, l’engouement a été instantané et de nombreux amis lui ont prêté main forte. Tous croyaient en la cause. Ce sont finalement 444 jeunes sur les 1 200 étudiants de l’école qui ont pris part au projet et rapporté des dons durant les jours qui ont précédé le jour J, soit le 12 janvier 2010.

« Durant cette journée, c’était impressionnant de constater le calme qui régnait dans l’école. Tous les participants avaient un autocollant indiquant qu’ils ne pouvaient parler. Puis j’avais réservé l’auditorium afin de projeter un reportage de sensibilisation sur les enfants qui travaillent. En quelque sorte, nous nous sommes fait entendre par notre silence. »

En fait, Caroline souhaitait avoir un réel impact ailleurs, mais aussi ici, et elle y est parvenue. De son propre aveu, le succès de l’événement n’aurait pas été le même sans l’apport considérable de ses amis et même du personnel de l’école. Puis quand est venu le temps de compter les sous amassés, ça été un choc. « Ça m’a pris plusieurs jours pour tout compter et plus j’avançais, plus j’avais les larmes aux yeux. Jamais je n’aurais cru que les gens allaient être aussi généreux », confirme-t-elle.

Mais le plus incroyable c’est qu’avec les 16 000 $ amassés, une école pourra être construite au Sierra Leone, dans le comté de Kono, le tout par l’entremise d’Enfants Entraide. En fait, il en coûte 8 500 $ pour construire une salle de classe pouvant accueillir 50 enfants, l’équiper, acheter le matériel scolaire et payer le salaire d’un enseignant pendant un an. Aussi, 5 000 $ serviront à la construction d’un puits dans la même communauté où l’école sera érigée. Puis l’argent restant servira à acheter des fournitures médicales pour les enfants en Haïti.

« Grâce à ce projet, nous, les jeunes, avons prouvé que ce n’était pas qu’aux adultes à poser des gestes de solidarité. Je crois que les jeunes peuvent aussi changer le monde. Je suis fière de mon projet et de tous ceux qui m’ont aidé à en faire un succès. Puis j’encourage d’autres jeunes à poser des gestes et à se passionner pour une cause. On peut changer des choses et mon projet en est la preuve », s’enthousiasme Caroline Arbour.

 



24 heures de silence
École d'éducation internationale



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / 24 heures de silence /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc