• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2010
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Stéphanie Poirier

Collège Mont-Royal






 
Stéphanie Poirier

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Stéphanie Poirier
Collège Mont-Royal

« Car la vie est si fragile… », chantait Luc De Larochelière. Quand on a 16 ans et qu’on se passionne pour le théâtre, que l’on chante dans la chorale de l’école, que l’on milite dans le comité environnement et que l’on réussit très bien à l’école, on ne saisit probablement pas la portée de ces paroles. C’était le cas de Stéphanie Poirier, étudiante au Collège Mont-Royal, avant qu’elle n’apprenne, en décembre 2008, qu’elle était atteinte d’une forme très rare d’un cancer des os. Maintenant en rémission et de retour à l’école, elle profite de l’instant présent, poursuit ses engagements et persévère pour obtenir son diplôme en même temps que ses amis.

À travers une telle épreuve et à cet âge, il faut être doté d’une force de caractère assez exceptionnelle pour faire face aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, sans compter les effets négatifs que cela apporte, et tout de même conserver le sourire. Rien d’étonnant en ce qui concerne Stéphanie, pourraient dire ses amies. Elle est toujours souriante. D’ailleurs, juste à l’entendre raconter son histoire, on perçoit la joie de vivre dans sa voix.

« Quand j’ai appris que j’avais un cancer, le plus dur à encaisser a été de savoir que j’allais devoir laisser l’école pendant plusieurs mois », rigole-t-elle. « Je suis une personne assez impliquée, qui aime beaucoup être entourée de gens et participer à des projets. Au bout d’un mois de traitement, tout cela me manquait beaucoup. »

Stéphanie ne faisait que commencer à aiguiser sa patience. En tout, les traitements ont duré plus de huit mois, lui faisant manquer la moitié de sa 4e secondaire. « Je voyais le temps passé et je ne pouvais me résoudre à devoir rater mon année. On m’a dit de prendre mon temps, de me reposer, mais moi, ce que je voulais, c’était de pouvoir revenir rapidement en santé, afin de graduer en même temps que toutes mes amies. »

Avec l’aide d’une tutrice qui l’a accompagnée durant ses traitements, Stéphanie est parvenue à se maintenir à flot. Elle appelait aussi régulièrement ses amis pour leur demander leurs notes de cours et leur poser des questions. Elle mettait toutes les chances de son côté pour ne pas prendre trop de retard.

Puis, les traitements ont porté fruits. Rémission complète avec des suivis au trois mois pour valider que la maladie ne revienne pas. Stéphanie a pu réintégrer son école au début de la présente année scolaire. Toutefois, son retard l’oblige, tout en suivant le programme régulier de 5e secondaire, à combiner certaines matières de 4e secondaire. C’est un peu comme si elle faisait deux années en une.

« Pas question de réussir à moitié. Je veux réussir mon secondaire et le réussir avec des bonnes notes. J’aurais pu me contenter des notes de passage, mais ça ne me ressemble pas. Je suis même retournée dans ma classe enrichie. Je veux devenir infirmière et j’ai besoin de bien réussir pour ça et de ne me fermer aucune porte », explique-t-elle de manière très convaincue.

Malgré les nombreuses heures qu’elle doit consacrer à ses études, Stéphanie a même repris ses différents engagements là où elle les avait laissés. Chorale, radio étudiante, animation d’un spectacle de Noël à l’école et le fameux comité environnemental, avec lequel elle n’hésite pas à faire l’autopsie d’une poubelle devant des étudiants pour leur démontrer qu’ils peuvent faire mieux en matière de récupération. Il ne faut pas oublier le théâtre qu’elle a réintégré avec empressement cette année.

« Cela fait quatre ans que je m’implique dans le théâtre et c’est devenu une vraie passion. Je me sens bien lorsque je suis sur scène. Le plus drôle, c’est que l’an dernier, avant de savoir pour mon cancer, j’avais obtenu le rôle principal dans la pièce Le malade imaginaire, de Molière. J’y jouais justement le malade imaginaire. J’ai toujours trouvé ça curieux », rigole-t-elle à nouveau.

Récemment, Stéphanie a même fait la co-animation du gala annuel de la Fondation de Leucan, en compagnie de l’ex-athlète olympique, Nathalie Lambert. C’est sa façon de redonner ce qu’elle a reçu. « Aujourd’hui, je me sens vraiment en forme et je considère avoir été très chanceuse dans ma malchance. Je regarde les autres jeunes qui n’ont pas ma chance et c’est en leur honneur que je fais des efforts pour réussir à l’école et que je m’engage », affirme Stéphanie.



Stéphanie Poirier
Collège Mont-Royal



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.

PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Stéphanie Poirier /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc