• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2009
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Marc-André St-Louis

Collège Français (Longueuil)






 
Marc-André St-Louis

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Marc-André St-Louis
Collège Français (Longueuil)

S’il y a bien un moment dans notre vie où on se sent invincible, c’est bien à l’adolescence. C’est fort probablement pourquoi Marc-André St-Louis est resté de marbre lorsqu’on lui a annoncé, alors qu’il n’avait que 16 ans, qu’il était atteint du cancer de Hodgkin. S’inquiétant sur le coup beaucoup plus pour ses parents et sa famille, la réalité l’a cependant vite rattrapé. Bon élève, athlète en plein développement, son attention allait maintenant se porter exclusivement sur sa santé. Aujourd’hui en complète rémission, il reprend tranquillement le contrôle de sa vie, qu’il voit et apprécie différemment.

Il faut remonter à l’hiver 2008 pour retracer les premiers signes de la maladie qui allait s’en prendre à Marc-André St-Louis. Alors en 4e secondaire au Collège Français de Longueuil, le jeune garçon, inscrit au profil sport-études en soccer, se rappelle que la maladie s’est initialement manifestée par des troubles respiratoires. « C’était très étrange. Je ne pouvais plus performer comme avant. Au bout de cinq minutes sur le terrain de soccer, j’avais de la difficulté à respirer et à reprendre mon souffle », avoue un peu timidement le garçon pour qui ces symptômes s’apparentaient à ceux d’une grippe persistante qui allait finir pour s’envoler.

Puis au bout de deux ou trois mois, alors que les symptômes s’intensifiaient, le forçant même à régurgiter presque à chaque matin, Marc-André se décide à consulter. Obtenant alors un curieux diagnostic d’asthme ou d’ulcère, Marc-André et ses parents choisissent de demander un second avis. Le jugement tombe : cancer de Hodgkin de stade 4. « C’était très troublant. Je ne saisissais pas vraiment la chose. Je voyais ma mère pleurer et mon père aussi, probablement pour la première fois. »

Heureusement, ce type de cancer se traite assez bien. Diagnostiqué le 13 mai, il amorce ses premiers traitements de chimiothérapie le 28 du même mois. Terminé l’école, fini le soccer, oublié les amis. Marc-André ne lutte plus pour le ballon, mais pour sa vie. « Quand tu fais du sport à tous les jours et que là tu ne peux plus rien faire, c’est assez dur pour le moral. Au moins, j’ai eu l’appui de l’école et mes bons résultats m’ont permis d’obtenir une dérogation pour pouvoir passer mon année sans avoir à passer les examens », confie-t-il.

Puis le 14 juillet sonne la fin des traitements. Un peu plus de deux semaines plus tard, Marc-André apprend qu’il est en rémission complète. Les efforts ont porté fruits, mais la bataille se poursuit. Dès le 21 août — Marc-André connaît toute les dates par cœur —, le jeune garçon amorce des traitements de radiothérapie qui ont pour effet de diminuer ses chances d’avoir un autre cancer. Une fois de plus, la route s’annonce ardue et demandera à Marc-André de faire preuve de beaucoup de persévérance et de patience.

Le retour à l’école est donc laborieux, les traitements de radiothérapie entraînant une lourde fatigue chez le garçon, lui occasionnant par le fait même des troubles de concentration. Ses notes chutent alors drastiquement. Une fois de plus, son école se porte à son secours et lui demande de terminer ses traitements avant d’effectuer son retour. Un retour qui s’est finalement produit le 22 octobre dernier.

Dès lors, la direction du Collège lui offre souplesse et aide enseignante. Il réintègre graduellement son équipe de soccer, obtient de l’aide en privé pour l’assister dans certaines matières plus problématiques et saisit toutes les occasions pour rattraper son retard.

« Ce n’est pas facile à l’adolescence de vivre une telle épreuve. On devient différent des autres. Mais Marc-André n’a jamais baissé les bras. Il voulait venir à l’école même si parfois il était encore mal en point. Il a toujours voulu être traité comme tout le monde », raconte avec admiration la responsable de niveau de 4e et 5e secondaire, Anny Chandonnet.

Aussi lourde soit-elle, certains disent que chaque épreuve apporte son lot d’apprentissages. Il n’en va pas autrement pour Marc-André. « Avant je voulais tout avoir sans trop mettre les efforts. Aujourd’hui, je dois travailler doublement pour me rattraper et j’apprécie vraiment tout ce que j’ai. Maintenant, quand je suis sur un terrain de soccer, j’apprécie la chance que j’ai. Mais ce qui m’est arrivé de mieux avec cette maladie, c’est que je me suis beaucoup rapproché de mes parents et surtout de ma mère. Et ça c’est vraiment bien », avoue Marc-André.



Marc-André St-Louis
Collège Français (Longueuil)



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Marc-André St-Louis /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc