• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

2009
AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT
Gabriel Méthot

Séminaire Saint-François
Ecoles privées participantes





 
Gabriel Méthot

AVENIR ÉLÈVE PERSÉVÉRANT



Gabriel Méthot
Séminaire Saint-François

Avoir un trouble de langage n’a rien d’une partie de plaisir. Et encore moins lorsqu’on est un jeune adolescent. Vivant avec un problème de bégaiement depuis sa 1re année du primaire, Gabriel Méthot, maintenant étudiant de 3e secondaire au Séminaire Saint-François, pourrait en dire long sur le sujet. Il n’y a pas encore si longtemps, une simple présentation orale s’avérait un véritable cauchemar pour ce garçon. Mais depuis la dernière année, sa ténacité et ses efforts lui ont permis de prendre sa place, de gagner de l’assurance et même de joindre les rangs d’un groupe de musique… comme chanteur!

Depuis que Gabriel doit composer quotidiennement avec ce handicap qu’est le bégaiement, ou plutôt « défaut de manufacture » comme préfèrent le dire ses parents, sa vie n’a pas toujours été une partie de plaisir, surtout à l’école. Pourtant considéré comme un élève doué, les continuelles hésitations involontaires de Gabriel l’ont souvent rendu victime de railleries, faisant ainsi en sorte de pousser le garçon vers l’anonymat le plus total en classe. À un point tel qu’il n’envisageait même plus de poser des questions en classe. Puis un jour, au début de sa 2e année du secondaire, il en a eu assez.

« J’ai compris qu’il ne fallait pas que je me dise « Je suis bègue, c’est comme ça et je ne peux rien faire ». J’ai choisi d’affronter la vie et de foncer. Et puis j’en avais assez d’avoir peur d’aller au restaurant et de passer ma commande. Tout ça devait changer », rappelle-t-il avec émotion.

Avec l’aide de l’orthopédagogue de l’école, Karine Guilbert-Blanchette, Gabriel a alors élaboré des stratégies afin de démystifier le bégaiement auprès des professeurs et des élèves. C’est aussi à ce moment que Gabriel a amorcé une thérapie en orthophonie. Une thérapie qui dura une année et demie et qui devait l’aider à apprivoiser son état.

« L’aspect le plus difficile dans la rééducation orthophonique est qu’il faut appliquer les exercices dans la vie quotidienne le plus souvent possible. Comme les résultats n’apparaissent pas du jour au lendemain, la plupart des gens abandonnent rapidement. Gabriel, lui, s’est démarqué dès les premières semaines. Quelques fois, je le sentais découragé, épuisé, mais il n’a jamais baissé les bras », indique l’orthophoniste du jeune garçon, Tatiana Rafenomanjato.

De jour en jour, de semaine en semaine, tout l’entourage de Gabriel a remarqué avec joie les transformations positives qui s’opéraient chez lui. Principalement, ses parents ont eu tôt fait de voir la différence entre le Gabriel d’avant, qui se rendait à l’école le dos courbé et les yeux rougis, appréhendant le prochain exposé oral, et le nouveau Gabriel qui s’ouvrait davantage aux autres, prenant de plus en plus la parole, à la maison comme à l’école. « Grâce à la force intérieure qui t’habite, tu as persévéré dans ta vie de tous les jours, tu as su transformer cet ennemi en ami. Tu es un exemple pour tous les jeunes qui ont à vivre au quotidien avec un problème de langage », se plaisent-ils à lui rappeler fréquemment.

Et quelle ne fut pas la surprise de sa famille lorsque Gabriel décida de réaliser son rêve en s’inscrivant à des cours de chant privés. Gonflé à bloc par ses progrès remarquables et une incroyable confiance en soi, Gabriel devient le chanteur d’un groupe qu’il inscrit au concours interscolaire Secondaire en spectacle. L’expérience est grisante et le groupe remit ça pour les auditions du Gala culturel de son école. Bientôt, il participera comme soliste à la production musicale de fin d’année de son école de chant.

« Il aurait pu se condamner lui-même au mutisme, devenir un « fantôme de classe », mais il a décidé de prendre les grands moyens et de se donner le droit d’être lui-même », témoigne son enseignante de français, Danielle Béland. Âgé de seulement 14 ans, bientôt 15, Gabriel Méthot voit s’ouvrir devant lui un avenir auquel tout jeune adolescent de son âge aspire. Faisant preuve d’une grande maturité, il regarde maintenant la vie avec un optimisme fraîchement acquis. « Maintenant, je me lève et je me sens bien. J’ai confiance en moi et je suis heureux. Je suis sorti de ma coquille et je m’ouvre sur le monde. Il n’est plus question de retourner en arrière », assure-t-il dans un grand élan de fierté.



Gabriel Méthot
Séminaire Saint-François



RESSOURCES

VIDÉOS

Get the Flash Player to see this player.


PHOTOS


Voir la galerie de photos


PARTENAIRES


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme secondaire / Finalistes / Gabriel Méthot /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc